En tant que praticien des politiques collaborateur

vous établissez des relations et des partenariats à l’interne et à l’externe, cherchez le consensus et co-créez des solutions.

Pourquoi est-elle importante ?

  • Pour mettre en lumière les possibilités de concerter les efforts en partageant l’information.
  • Pour déployer plus efficacement des ressources limitées et susciter davantage de retombées.
  • Pour établir des ponts entre les différents secteurs ainsi qu’entre les ministères et la société.
  • Pour comprendre d’où viennent les frontières entre les groupes et entre les projets, et pour les aplanir afin de faire circuler l’information.
  • Pour renforcer et exploiter les relations existantes.
  • Pour mieux aligner les efforts des différents acteurs, les différents moyens déployés et les processus de travail en fonction du problème à résoudre et des objectifs à atteindre.
  • Pour mieux comprendre les besoins organisationnels et établir des liens profitables entre les organisations concernées par la prestation d’un service afin de mettre en place des solutions optimales.

Quelles nouvelles avenues ouvre-t-elle ?

  • Mobiliser de manière significative et efficace de multiples acteurs autour d’un problème.
  • Améliorer la coordination, le dialogue et l’engagement mutuel en partageant des idées et des informations.
  • Vous attaquer à des problèmes complexes en faisant appel aux forces de tous les acteurs.
  • Prendre en compte les besoins des parties prenantes à tous les stades d’un projet.
  • Élargir la capacité opérationnelle.
  • Renforcer la légitimité des objectifs stratégiques et en soutenir l’atteinte.
  • Favoriser la poursuite d’un objectif commun et renforcer l’engagement à l’égard d’une action unifiée.
  • Construire des relations authentiques et durables parmi un large spectre d’acteurs.
  • Diffuser les informations de façon à offrir une base commune de connaissances à des parties qui n’ont pas l’habitude de collaborer.
  • Aider les parties à mieux se comprendre en utilisant un langage commun et en communiquant ouvertement, clairement et de manière constructive sur les points de friction ou sur les éléments de divergence.

Sans cette habileté, quels écueils peuvent se dresser ?

  • Manque de confiance et de respect mutuels.
  • Malentendus et conflits.
  • Concurrence pour l’obtention des ressources et leur utilisation.
  • Duplication des efforts.
  • Risque d’occulter les interdépendances entre les ministères et les secteurs en matière de prestation de services et de performance.
  • Vision simpliste du monde et prise en compte d’un nombre restreint de points de vue.
  • Obstacle à toute forme d’innovation.
  • Manque de légitimité des projets.
  • Faible soutien de la part des parties prenantes ayant été ignorées.
  • Travail limité aux problèmes simples et linéaires.    

Exemples de comportements et d'aptitudes à adopter

  • Travailler sur des objectifs communs.
  • Comprendre les objectifs globaux de l’organisation et l’importance de travailler de concert avec d’autres domaines pour atteindre ces objectifs.
  • Analyser les échecs pour en tirer des leçons ; célébrer et communiquer les succès.
  • Aller au-delà des membres de votre équipe et rechercher activement la contribution d’autres joueurs.
  • Exprimer ouvertement vos opinions, écouter celle des autres et ne pas avoir peur de changer de point de vue.
  • Reconnaître et renforcer les collaborations avec les différents secteurs essentiels à la réussite.
  • Partager librement les connaissances et les informations.
  • Vous engager avec diverses parties prenantes en gardant à l’esprit les limites des politiques et leur portée.
  • Adopter des approches collaboratives, comme la co-création, pour rassembler les gens et intégrer les idées, en connaissant les limites et la portée des initiatives et des chantiers entrepris.
  • Encourager le partage des responsabilités par une écoute active, des itérations et la reconnaissance des besoins organisationnels.
  • Établir des liens entre le problème politique, les options et la mise en œuvre pour vous assurer que la solution est réalisable.
  • Écouter et accepter les idées des autres.

Exemples de comportements à éviter

  • Risque de travailler en silo.
  • Tendance à accorder la priorité aux objectifs de la direction, au détriment des objectifs de l’organisation et de la qualité du service public.
  • Fermeture aux partenariats et à la contribution possible d’autres personnes.
  • Rétention de l’information.
  • Relations entre collègues restreintes, se limitant à l’expression de vos besoins et à demander des informations.