Chaîne de Blocs

Une technologie pour améliorer des services, securiser des transactions et améliorer la securité et la confiance
Brian Double

Blockchain[1]

"En bref, la chaîne de blocs est une technologie "empruntée" à la monnaie de chiffrement Bitcoin et nous fournit un grand livre de "transactions" décentralisé, vérifiable et immuable. Ces transactions peuvent être des devises électroniques, mais aussi des dossiers de santé, des vaccinations, des bons d'aide internationale, des transferts de terres, des envois de colis, et bien d'autres choses encore[2]".

- Kevin Armstrong, Deloitte -

La chaîne de blocs permet d’effectuer, entre deux inconnus ou plus, des transactions qui sont dignes de confiance, qui sont authentifiées par une collaboration de masse et qui font appel à une cryptographie collective, à un codage astucieux et à l’intérêt personnel. Les gouvernements de partout dans le monde se tournent vers la technologie de la chaîne de blocs pour améliorer les services, sécuriser les transactions et renforcer la sécurité et la confiance. C’est cette dernière amélioration qui fait de la chaîne de blocs un nouvel outil ou approche stratégique – elle modifie fondamentalement le paradigme de la confiance :

Elle permet à des parties qui ne se font pas entièrement confiance d’établir et de maintenir un consensus sur l’existence, le statut et l’évolution d’un ensemble de faits communs sans l’aide d’un intermédiaire.

Elle peut transférer le pouvoir de la confiance d’institutions individuelles affichant différents degrés de transparence (p. ex. banques, sociétés et gouvernement) vers un réseau plus transparent et distribué à vaste échelle qui n’est pas limité par la géographie.

Elle peut transformer la confiance en faits binaires qui sont vrais ou faux.

Avantages

La première génération de la chaîne de blocs était axée sur les cryptomonnaies comme le Bitcoin. La deuxième génération, qui est actuellement en cours, mise sur le concept des contrats intelligents pour contrôler, de manière programmatique, les échanges de valeur entre des parties. Les générations futures devraient être axées encore davantage sur les contrats intelligents et porter sur des marchés entièrement nouveaux qui reposeront sur la chaîne de blocs (ou une autre technologie de registre distribué).

Voici certains des avantages potentiels de la chaîne de blocs par rapport aux méthodes traditionnelles :

  1. Rapidité – élimine les délais associés au processus décisionnel
  2. Transparence – les bons renseignements sont fournis aux bonnes personnes à l’intérieur du réseau
  3. Confidentialité accrue – protège les consommateurs de services et les entreprises grâce à des contrôles plus granulaires
  4. Réduction des risques pour les entreprises – meilleure visibilité, moins d’exposition aux risques, moins de fraude, moins de falsificatio
  5. Accès – accès plus équitable à l’information
  6. Productivité – meilleur rendement
  7. Efficacité – traitement ou communication plus rapide des transactions
  8. Qualité – moins d’erreurs ou meilleure satisfaction
  9. Résultats – croissance des activités et innovation

Limitations

Du point de vue du gouvernement du Canada, la chaîne de blocs n’est probablement pas une technologie idéale pour les situations suivantes :

  • Les systèmes qui nécessitent des transactions très rapides (en millisecondes)
  • Les petites organisations ou les organisations individuelles (aucun réseau commercial)
  • Peu de contributeurs au registre
  • Le remplacement d’une base de données
  • Une solution de messagerie
  • Le remplacement d’un système de traitement des transactions

L’ouvrage « The Business Blockchain » énonce les différents secteurs qui seront influencés par la chaîne de blocs :

  • Biens – la chaîne de blocs peut être utilisée pour créer, gérer et transférer des biens numériques
  • Confiance – des règles peuvent être insérées dans les transactions pour représenter la confiance et la validation par le réseau plutôt que par une autorité centrale
  • Propriété – l’horodatage des documents qui sont protégés par cryptographie représente une preuve de propriété irréfutable
  • Argent – offre un moyen de payer pour des biens et des services
  • Identité – délaisser la preuve d’identité fondée sur des documents
  • Contrats – insérer une logique commerciale pour gérer le flux conditionnel associé à l’exécution des ententes

Considérations

Recours

La nature décentralisée de la chaîne de blocs soulève des questions pangouvernementales et multinationales. Par exemple, si le Canada participe à un registre public et que la cause d’un problème à l’intérieur du registre public provient de l’extérieur du Canada, quels sont les recours que le Canada peut exercer?

Contrats intelligents

Il est nécessaire de mieux comprendre le caractère exécutoire, la responsabilité et l’imputabilité des contrats intelligents.

Attaques (51 %)

Les transactions effectuées au moyen de la chaîne de blocs sont authentifiées par consensus. Cela la rend théoriquement vulnérable à une attaque – si, par collusion, une proportion de 51 % de la puissance de calcul informatique était mise en commun, cette majorité pourrait choisir elle-même les transactions qui sont acceptées dans la chaîne de blocs.

Connaissance de la clientèle

Le gouvernement du Canada doit veiller à ce que les mises en œuvre de la chaîne de blocs soient en mesure de satisfaire à toutes les exigences de la réglementation qui n’autorisent pas les transactions anonymes.

Gouvernement du Canada

Au Canada, l’utilisation de la technologie de la chaîne de blocs dans la fonction publique a été limitée à la validation de principes. Par exemple :

  • La Banque du Canada examine actuellement la possibilité d’utiliser la chaîne de blocs pour ses systèmes de paiement
  • Ressources naturelles Canada, en lien avec la Loi sur les mesures de transparence dans le secteur extractif
  • Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, pour le suivi des demandes d’immigration
  • Le gouvernement fédéral a lui aussi entrepris récemment une initiative conjointe avec la province de l’Ontario et la ville de Toronto afin d’examiner la possibilité de rationaliser les permis et licences d’entreprises
  • Le Conseil national de recherches examine la possibilité d’utiliser la chaîne de blocs pour l’administration transparente des marchés publics.

Meilleurs de leur catégorie

À l’extérieur du Canada, on trouve de nombreux exemples de l’intérêt manifesté à l’égard de la chaîne de blocs et des activités de recherche et développement connexes :

  • Le gouvernement du Brésil a annoncé son intention de transférer le traitement des pétitions et des votes populaires sur la chaîne de blocs Ethereum;
  • Le Chili utilise la chaîne de blocs Ethereum pour faire le suivi des données et des finances liées au réseau électrique afin de combattre la corruption et l’exploitation en mettant à la disposition de tous les citoyens des données transparentes et immuables;
  • Dubaï est en voie de devenir une ville entièrement intégrée et alimentée par la technologie de la chaîne de blocs d’ici 2020;
  • L’Estonie est devenue la tête d’affiche de l’écosystème distribué et s’est transformée en une « république numérique » en transférant une grande partie de ses systèmes nationaux sur la chaîne de blocs Ethereum.
  • D’autres pays, comme l’Inde et l’Australie, examinent actuellement la possibilité d’utiliser la chaîne de blocs pour protéger les données numériques des citoyens.
  • La ville de Zug, en Suisse — depuis longtemps un bastion des cryptomonnaies – a commencé à offrir un système d’identité numérique enregistré sur Ethereum en 2017;
  • Le gouvernement des Émirats arabes unis examine actuellement un vaste éventail de cas d’utilisation, y compris l’enregistrement des entreprises, le commerce et les opérations des banques centrales.
  • L’Internal Revenue Service (IRS) des États-Unis en est à créer une stratégie sur les cryptomonnaies afin de réduire le risque que des transactions imposables non détectées par monnaie virtuelle n’entraînent une augmentation de son écart fiscal.
  • Le gouvernement des États-Unis étudie des solutions axées sur la chaîne de blocs pour l’approvisionnement de la TI.
  • Plusieurs pays discutent de la création de devises numériques nationales.
  • L’économiste en chef de la Banque d’Angleterre, Andrew Haldane, a proposé une devise numérique nationale pour le Royaume-Uni.
  • La chef adjointe de la Banque de Russie, Olga Skorobogatova, a indiqué qu’il était « temps de développer des cryptomonnaies nationales ».
  • La République populaire de Chine a mené des essais avec la chaîne de blocs Ethereum en vue de développer un yuan numérique.

Sources

Understand the Blockchain in Two Minutes (Video)

Cet article s'inspire d'un projet de livre blanc GC Blockchain du GC Blockchain Whitepaper Working Group, qui fournit une analyse plus approfondie et plus large de la technologie du grand livre distribué, y compris la blockchain, ainsi que d'un mémoire de Policy Horizons sur Blockchain en ce qui concerne la crypto-monnaie.

[2] Article du Public Sector Digest, «Mythical Business One Stop Holy Grail Government Business Service Delivery» (n'est plus disponible)

[3] Le manifeste du Blockchain Research Institute

[4] Blockchain pour le gouvernement

[5] Blockchain, l'avenir de la confiance TedTalk

[6] Technologie du grand livre distribué et blockchain

[7] Les États indiens s'associent pour créer des applications de blockchain pour le secteur public

[8] Australian Delivery Service explorant les solutions d'identité blockchain

[9] Dubaï vise à être une ville construite sur la blockchain

[10] Gouvernement de Dubaï, les entreprises s'associent à IBM sur un projet blockchain

[11] Emirates NBD fait participer la banque centrale des Émirats arabes unis à un essai de chèque Blockchain

[12] Inspecteur général: l'IRS doit revoir sa stratégie fiscale Bitcoin

[13] Officiel de la GSA: le prototype d'approvisionnement en blockchain va de l'avant

[14] Forum économique mondial - Réaliser le potentiel de la blockchain, juin 2017